Tourisme & loisirs
Le blog

Rencontre avec Derzou, artiste sculptrice à Issigeac

Par Julie Recoussine | 03 octobre 2017
Portrait, Découvrir
Découvrez Derzou, artiste sculptrice à Issigeac

Bonjour Derzou, depuis quand es-tu artiste sculptrice ?

Depuis 1993 où j’ai commencé à tailler la pierre. Avant, je travaillais un peu la peinture et d’autres formes artistiques.

Ton nom d’artiste est original. Que signifie-t-il ?

Mon nom d’artiste est DERZOU. C’est tiré d’un film qui s’appelle « Dersou Ouzala ». J’ai accepté que l’on m’appelle comme ça. C’est l’histoire d’une grande amitié entre Dersou Ouzala et un capitaine de releveur topographique de l’armée russe qui se rencontrent en pleine forêt. Une rencontre improbable mais une belle rencontre. C’est ce que j’ai vécu avec un ami qui à la sortie du film m’a donc appelé Derzou. J’ai gardé ce nom en sa mémoire puisque mon ami a disparu.

Ton installation dans la cité médiévale d’Issigeac remonte à deux ans si je ne me trompe pas, pourquoi avoir choisi ce village ?

Dans l'atelier, depuis juillet 2015. C’est un pur hasard et le plus beau des hasards. Je vivais à Paris et j’avais envie de vivre ailleurs. Dix ans avant, j’étais venue dans la région et j’avais adoré le paysage et l’histoire. Je m’étais dit le jour où je quitte Paris, ça sera pour venir en Dordogne. Je vois une location à Bouniagues et lors d’un week-end je descends mais ça n’allait pas car j’étais au bord de la nationale et ça me rappelait trop le bruit parisien. En plein mois de novembre, j’ai parcouru les routes et je me suis arrêtée à Issigeac pour me réchauffer et prendre un café. En descendant de la voiture, j’ai adoré ce village et je me suis dit c’est là ! Et je ne regrette pas !

Comment est venue cette passion et ce goût pour la pierre, le vitrail et la sculpture ?

C’est une longue histoire. J’ai été très vite attirée par la pierre, le bois et les vitraux des églises. J’aimais beaucoup être dans ces lieux. A côté de ça, je faisais de la danse et du mime donc rien à voir à priori… C’est à la suite d’un accident de voiture que j’ai eu une hémiplégie, heureusement temporaire, que j’ai voulu m’exercer à la pierre. Mes parents restauraient un couvent et ils m’ont donné un marteau, un burin, de la pierre. J’ai essayé de taper. La sculpture est née en même temps que la danse s’éloignait. Quand j’étais danseuse, c’était peut-être moi qui était la pièce maîtresse de l’espace et maintenant je crée des pièces maîtresses dans un espace.

Et tu es autodidacte.

Complétement sauf pour le vitrail où j’ai appris en cours du soir et les bases du vitrail qui demandent une technique bien spécifique. La sculpture est venue naturellement. Je mélange la pierre, le bois, le verre et le cuivre en fonction des inspirations.

Une œuvre préférée ?

Plusieurs !

Derzou à l'atelier D. Z'arts
" Maison champignon  "
16 place Bar Paliou, Issigeac 
Tel 05.53.27.20.68 - 06.65.70.88.97
www.derzou.jimdo.com
 

Ajouter un commentaire