Tourisme & loisirs
Le blog

Expressions & parler Périgourdin

Par Joffrey Revoy | 06 mars 2019
Découvrir, Patrimoine
En ma qualité d’expatrié, j’ai vécu des instants amusants la première fois que j’ai entendu certaines expressions utilisées part ces gens.. Mais qui était donc "ces gens"..?! Juste des locaux en fait, des « Périgourdins », fier de leur patois, de leurs mots bien à eux.. Petit avant-goût (non-exhaustif) du "parler local"...

"Faire Chabrol"

Début de repas entre voisins, petite soupe en entrée, jusque là tout va bien ! Et puis j’observe mon voisin qui empoigne la bouteille de vin rouge pour alimenter son assiette qu’il s’apprêtait à finir. Alors, il me regarde et me dit « tu fais Chabrol » ? C’est un acte très courant ici de finir une soupe comme ça, mais lui c’est 2 fois par jour et tous les jours de l’année !

"Drôle, drôlette, drôlesse, gouya(te) et gouyassou"

A la sortie de l’école, il n’est pas rare d’entendre résonner toute cette panoplie de mots rigolos. Attendant l’arrivée des enfants, un ami maraîcher m’interpelle : « elle est pas encore sortie ta gouyate ?! ». Tous ces petits mots désignent les enfants, drôle, drôlesse, drôlette (ou encore drôlate) pour les plus petits, gouya ou gouyassou pour les plus grands ! Très utilisés ici, un parc de loisirs d’intérieur s'en est même inspiré : « Les Gouyatsous » pour valoriser son ancrage local ! 

  Carte postale ancienne "En Périgord" | Crédit Photo : Archives Départementales de la Dordogne

"Meitat chen, meitat pòrc"

Un dimanche matin, de balade en voiture dans les contrées reculées du Périgord, nous entendons à la radio « Meitat chen, meitat porc, l’émission en OC sur France Bleu Périgord ». C’est quoi ce truc..?! On l'entend au moins 15 fois en 1 heure avec un fort accent qui roule les "r", il est difficile de passer à coté ! C’est le titre de l’émission en fait, une émission dominicale de promotion de l’occitan, racine du patois local. Derrière cela, c’est une expression souvent utilisée autrefois pour parler des habitants du Périgord. Elle évoque la réputation qu’aurait les Périgourdins à localiser une truffe sans l’aide de personne, ni d’un chien (= chen), ni d’une truie (= pòrc).

"Casser trois pattes à un canard"

Difficile d'attester l'origine géographique de cette expression, mais je trouve qu'elle résonne plutôt bien dans ce territoire où le canard est un pilier de la gastronomie. Elle y est aussi très utilisée ! Difficile de passer une semaine sans entendre cette expression qui signifie que ce que vous racontez n’a rien d’extraordinaire ou d’impressionnant ! En effet, un canard n'ayant que 2 pattes, celui qui arriverait à lui en casser 3 ferait preuve d'un acte remarquable voire miraculeux ! 

Pour finir, quelques mots bien d’ici (toujours en usage) et leurs définitions :


Bafaille : Être bavard 
Bouyricou : Panier traditionnel du Périgord en osier, tressé en spirale. 
Cagna (ou Cagnard) : Soleil particulièrement chaud, chaleur étouffante
Cantou : Le cantou désigne l’ouverture des larges cheminées où l’on peut s’asseoir et se réchauffer. 
Careyrou : Ce terme désigne une petite ruelle ou un petit chemin. On trouve aussi le terme « carrière »  
Millas ou millassou : Gâteau à base de chair de potiron.
Panouille : Une panouille désigne un épi de maïs.
Pèguer : Être collant. "Ca pègue !"
Peyrol : Les peyrols sont de gros chaudrons en fonte utilisés pour la cuisson des viandes et dérivés de canard, oies & porc. Ces chaudrons sont toujours utilisés de façon traditionnelle, posés directement sur le feu et remués de temps à autre.
Rapiette : Petit lézard
Ronquer : Dormir, ronfler
Roumer : Râler

 

Ce patois Périgourdin est riche, chaleureux & cocasse. Je vous invite vivement à partager avec les locaux qui seront toujours ravis d’expliquer et de transmettre cette part forte de leur identité. Il y a d'ailleurs souvent des anecdotes et autres récits amusants qui lui sont associés.  

Et si vous souhaitez compléter cette liste, je les reçois avec plaisir en commentaires. Je les inscrirai directement sur l’article à la disposition de tous.


 

Ajouter un commentaire