Tourisme & loisirs
Le blog

Balade hivernale au Lac de l'Escourou

Par Marie Pierre Maillet | 30 janvier 2017 | Découvrir, Bouger, En Famille

Que faire l'hiver en Pays de Bergerac quand la plupart des sites touristiques ont fermé leurs portes pour quelques vacances bien méritées? Pourquoi ne pas s'octroyer une pause nature !

C'est à l'occasion de la Journée Mondiale des Zones Humides que l'Office de Tourisme Portes Sud Périgord a décidé d'organiser une balade-découverte autour du Lac de l'Escourou. La beauté des paysages, blanchis par les gelées de ces derniers jours, me soufflent d'appuyer sur le bouton "pause" et de profiter des quelques rayons de soleil annoncés pour emmener toute ma petite famille participer à cette excursion.

 

Appareil photo chargé, manteaux enfilés, pique-nique préparé, nous sommes fin-prêts à suivre le petit groupe (d'une soixantaine de personnes quand même!) qui a répondu à l'appel de la nature! 

 

La balade est placée sous le signe de la découverte de la faune très caractéristique de ces zones humides et plus particulièrement des nombreuses espèces d'oiseaux qui ont élu domicile ici. En effet, nous avons la chance d'être accompagnés par plusieurs spécialistes en ornithologie de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) et de la SEPANSO. Nous voilà donc partis pour un parcours d'environ 2,5 km autour du "petit côté" du lac.

 

Déjà, au bout de quelques mètres, alors que nous longeons la route qui coupe cette immense étendue d'eau en deux, nos guides nous arrêtent pour admirer le spectacle des hérons cendrés qui, après une majestueuse valse dans les airs viennent se poser délicatement sur l'eau.

Après nous être longuement délecté de ce spectacle sans fin, nous "passons la frontière" pour poursuivre notre balade côté Lot-et-Garonne! Sur ces bords de lac dont la quiétude nous envahit, le groupe s'arrête à nouveau et fait silence. Nos accompagnateurs nous font distinguer les chants bien caractéristiques de petites espèces perchées dans les arbres alentours : certaines assez connues telles que la mésange ou le rouge-gorge, d'autres un peu moins telles que ce bécasseau des fagots qui joue à cache-cache dans un buisson.

 

D'une rive à l'autre, nous apercevons d'étranges huttes... Il s'agit de cabanes d'observation installées ici pour admirer les lieux sans se faire remarquer de la faune autochtone. Ces cabanes, ponctuent le parcours d'interprétation naturaliste installé sur la rive eymetoise du lac. Quelques panneaux qui, par leur présentation ludique, attisent tout de suite la curiosité des enfants participant à la balade.

Encore quelques pas sur le sentier balisé du PDIPR, où l'ombrage des arbres a laissé le lac partiellement gelé, puis nous regagnons notre point de départ. Le soleil se dévoilant de plus en plus, on en profite pour immortaliser le passage à basse altitude de quelques canards. Mais il est déjà l'heure de rentrer ! Mon fils s'encquiert déjà d'une prochaine visite au printemps avec vélos et canne à pêche...